Mass Effect Andromeda : au-delà des espérances

Il a ces jeux dont on ne soupçonne pas le potentiel et qui se révèlent une magnifique expérience comme cela avait été le cas pour Horizon Zero Dawn (article ici), et il y a ces jeux que l’on attend avec impatience et sur lesquels on a peu de doute. C’est exactement ce que je ressentais avec Mass Effect Andromeda. La première trilogie est ma série de jeux préférée de tous les temps, et l’attente d’avoir ce nouvel opus dans les mains s’est faite avec envie. Et même si avec les réactions avant la sortie laissait place à quelques incertitudes, j’avais hâte de me replonger dans cet univers que j’aime tant.

{ Le scénario

Vous avez déjà sûrement entendu parler de l’histoire globale de cette nouvelle trilogie : l’Andromeda Initiative débute en 2185, durant les péripéties de Mass Effect 2. Plusieurs arches, avec à bord les races que l’on connait si bien (Turiens, Asaris, Humains, Galariens, Krogan, Quariens, …), partent de notre Voie Lactée pour découvrir une nouvelle galaxie : Andromède. Après un voyage de 600 ans, notre avatar humain se réveille à bord de l’arche Hypérion prêt à aller découvrir le système Héléus et les planètes qui sont censées devenir notre nouveau foyer. Bien sûr, tout ne se passera pas comme prévu : nous rencontrerons d’autres races extraterrestres plus ou moins amicales, nous lutterons contre un nouveau méchant tout en tentant de rendre les planètes habitables pour nos colons.

Le scénario de base de Mass Effect Andromeda n’est pas fou et peu original mais pourtant on s’y prend rapidement et on comprend très vite l’enjeu. L’univers des premiers Mass Effect est bien présent, et toutes les petites références glissées dans le jeu donne une bonne dose de nostalgie.  L’histoire principale peu paraître un peu légère pour ceux qui ne font que ça mais ils faut savoir que les quêtes annexes apportent un vrai plus, mais ça, on en parlera plus tard 🙂

{ L’exploration

Mass Effect Andromeda signe le retour de l’exploration dans l’univers, un retour très attendu mais aussi craint. En effet, on se souvient tous de l’exploration dans Mass Effect premier du nom et ça n’était pas fameux : sans vrai but et avec des planètes complètement vides, l’exploration s’est vue complètement noyée dans le reste de la trilogie. Alors, qu’en est-il dans ce nouvel opus ?

Il faut noter que Bioware a vendu Mass Effect Andromeda (qu’on nommera MEA à partir de maintenant dans l’article) comme n’étant PAS un monde ouvert. Du coup, pas possible d’aller sur toutes les planètes de la galaxie d’Andromède mais seulement quelques-unes bien choisies. Ainsi, l’exploration de chaque planète va avoir pour but de la rendre viable pour que les colons puissent y habiter : il va falloir les parcourir à bord du Nomad, le successeur du Mako, et en découvrir tous les recoins. Les planètes sont variées, toutes magnifiques et hostiles de manière différentes : par la température, la faune ou la flore, ou encore les personnes qu’on y croise. J’ai adoré explorer les planètes, mener à bien la mission de ma pionnière pour l’avenir de notre peuple.

Le point noir selon moi, c’est trop d’assistanat. On le ressent sur certaines quêtes où on ne nous laisse même pas chercher un peu mais surtout par rapport aux nombreuses fois où SAM, l’intelligence artificielle qui guide notre avatar, nous répète les mêmes choses. Alors que tout est bien précisé à l’écran, le jeu se sent obligé de nous rappeler la même chose à l’oral et c’est très énervant. Je crois que tout ceux qui ont joué à MEA ont eu envie de tuer SAM à maintes reprises, sur Voeld par exemple. A contrario, j’ai adoré l’utilisation du scanner que je trouve ludique et agréable. Pas trop ou trop peu de ses phases, c’est une plus-value très sympa.

{ Le gameplay

Evidemment, le gameplay a évolué depuis la première trilogie. Pourtant, il sait rester fidèle et personnellement c’est ce que j’aime : réussir à faire un gameplay plus moderne tout en gardant l’essence du jeu tel qu’on le connait. Ainsi, celui-ci se voit beaucoup plus dynamique grâce à l’ajout du dash et du jetpack. On peut enfin sauter à sa guise dans Mass Effect ! L’utilisation des pouvoirs sans la roue rend aussi le gameplay en combat plus attrayant. Il peut sembler difficile à prendre en main au début mais une fois maîtrisé c’est vraiment jouissif !

Une nouveauté qu’on retrouve également dans Mass Effect Andromeda : le nombre de pouvoirs et capacités est énorme et on peut les choisir à notre guise tout au long du jeu (malgré le choix de classe en début de jeu) en usant nos points de compétence. L’ajout de Profils (qui vont booster certaines familles de pouvoirs) qu’on peut changer n’importe quand permet aussi de créer un personnage selon nos préférences.

{ Les quêtes

Les missions dans MEA sont classées selon plusieurs types : les missions principales, les missions d’alliés, les missions annexes/secondaires et les tâches. Tout ça étant bien répertorié de façon claire dans le journal de quête. J’ai tout dit concernant les quêtes principales dans mon chapitre sur le scénario, mais qu’en est-il du reste ? Je vais commencer par le point négatif selon moi : les tâches. Elles sont rarement intéressantes et sans trop d’intérêt pour l’histoire; de type fedex le plus souvent, elles sont largement dispensables. Elles ne servent qu’à faire durer le plaisir sur les terres des planètes d’Andromède pour ceux qui le veulent.

Les quêtes annexes sont plus variées et elles ont parfois un impact sur la mission finale du scénario, elles sont beaucoup plus agréables que les tâches et permettent de vraies découvertes et révélations. Je recommande vraiment de les faire pour apporter un vrai plus au reste de l’histoire. Les quêtes d’alliés sont indispensables dans votre aventure : elles concernent les membres de notre équipage mais aussi les arches et certains moyens de vous faire des amis (ou pas selon vos choix 😉 ) Elles sont construites de façon très sympa avec des temps de pause obligatoires qui permettent de faire des quêtes longues et intéressantes. Ces quêtes aideront évidemment à se rapprocher de notre équipage et a construire une romance.

{ Les graphismes

On a beaucoup entendu parler des animations faciales de MEA, et c’est vrai qu’elles sont très moyennes. Personnellement, ça ne m’a pas gâché mon aventure, ça m’a même souvent fait beaucoup rire en réalité. Les bugs divers un peu moins, c’est inadmissible d’en voir autant mais encore une fois le jeu a réussi à me les faire oublier (même si ceux qui nécessitent de devoir relancer le jeu sont bien rageants).

On voit très vite que les graphismes sont inégaux car contrairement aux visages des personnages, les paysages des planètes se révèlent somptueux. Chaque planète a son identité et l’exploration devient un réel plaisir.

Oubliez toutes les reviews qui vous disent que le jeu a une durée de vie de 20 à 45h car si vous voulez profiter pleinement de tout ce que Mass Effect Andromeda a à vous offrir, il en faudra le double. Le jeu comporte des défauts c’est vrai, mais l’aventure qu’il offre m’a permis de passer outre. Les personnages sont attachants, l’enjeu est là et la fin du jeu à la hauteur d’un Mass Effect. Ce premier opus pose très bien les début d’une nouvelle trilogie amenant déjà des pistes pour la suite (et quelles pistes) ! Mass Effect Andromeda saura à coup sûr ravir les fans de la première trilogie et en attirer de nouveaux. En tout cas le jeu a, pour moi, dépasser toutes mes espérances 🙂

Cet article a été lu par 2228 petits chats !

Laisser un commentaire

3 Comments

  1. Cari

    4 mai, 2017 at 17 h 46 min

    J’attends de me lancer dans ma seconde run avant de donner un avis. MEA est un bon jeu, je l’aime bien mais j’ai eu du mal à m’y intéressé (bon ok, j’étais également très crevée parce que j’ai bossé comme une tarée en janvier et février!) j’ai quand même réussi à m’immerger dedans.

    Franchement, il est beau et bien réalisé, les quêtes Fedex sont chiantes (mais il y a en a dans tout les ME), je suis super heureuse de revoir de l’exploration, les missions de loyauté sont sympas, l’immersion correctement réalisée et l’évolution de l’histoire est top. Je suis totalement fan de la personnalité de Drack (c’est mon perso favori) et ils se sont quand même prit la tête pour chaqu’uns de tes coéquipiers. Le Tempête est très classe (je le verrais bien à coté de la maquette de mon Normandy SR2)

    Par contre je trouve que la custom laisse à désiré (ME1 fait mieux!) , le doublage est franchement nul et la fluidité des mouvements… j’en parle pas (je suis sur NieR: Automata et la question fluidité, c’est juste parfait!)

    Globalement je l’aime bien mais je trouve qu’il ne mérite pas un tel tapage médiatique 😉 Je lui colle quand même u n bon 15/20. Je reste cependant une grosse fan de la trilogie (que j’ADORE!) J’ai à mon actif 91 heures sur cette run alors qu’en global, je fini chaque jeux de la trilogie en une trentaine d’heures et en essayant de réaliser toutes les quêtes.

    Je suis tout de même impatiente de voir s’ils feront une suite 😉

    Gros bisous ?

  2. Melifog

    15 mai, 2017 at 12 h 20 min

    Quel super article ! Le genre que j’aime lire sur ce jeu, ça fait bien plaisir !
    J’adore tes screens, je découvre à quoi ressemble la Ryder ingame sans qu’on la modifie et c’est cool !
    J’ai passé tellement de temps sur ce jeu, je suis vraiment triste que la suite n’arrivera pas de si tôt…

  3. Caroline

    10 août, 2017 at 14 h 29 min

    C’est un très bon jeu que je recommande. Le scénario, les graphismes et le gameplay sont bien réalisés. J’avoue que les développeurs ont fait du beau boulot pour cet opus.